Les Données Météorologiques
Le site de suivi des données météorologiques du Conseil Général de la Martinique ...



Les images radar

Météo France a mis en place avec la participation du Conseil Général de la Martinique (bâtiment et voie d’accès) un radar météorologique pour la Martinique, au sommet du morne Constant sur la commune du Diamant. Ce radar a été mis en service fin janvier 1998.

Les images du radar sont mises à disposition du Conseil Général sur le serveur FTP de Météo France au Lamentin depuis début octobre 2002. Elles sont complémentaires des images satellite.

Le radar est un outil d’observation qui détecte et localise les pluies. Il émet des impulsions radio et analyse le signal réfléchi. Le radar détermine ainsi la reflectivité (dBZ) associée à la concentration d’eau dans les nuages. La réflectivité dépend de la concentration des gouttes mais aussi de leur taille. L’intensité des pluies est reliée à cette réflectivité.

Avantages du radar

Une localisation géographique très précise des pluies. Cela est important quand on sait la forte variabilitéspatiale et temporelle des pluies de nos régions tropicales.

Une possibilité de quantification des intensités et donc des cumuls de pluie

Une grande fréquence des images (possibilité de plusieurs images par minute). C’est un avantage important qui permet de suivre plus efficacement les phénomènes pluvieux surtout ceux à développement rapide et dangereux. En ce sens , le radar est une aide précieuse à la prévision à très courte échéance (quelques heures) appelée prévision immédiate.

Une possibilité de mesure de la vitesse du vent (fonction Doppler du radar). L’interprétation est cependant délicate car seule une composante du vent est mesurée (composante radiale).

Limites du radar

Une faible couverture géographique Elle est limitée à 400 km autour du radar en raison de la courbure de la terre (un faisceau partant horizontalement du radar sera à 8 km d’altitude à une distance de 400 km du radar. Cela veut dire que ce dernier ne pourra pas détecter les échos nuageux situés à moins de 8 km d’altitude).

Le radar est un outil d’observation qui permet de faire une prévision par extrapolation des échos pluvieux existants. Cette extrapolation devient problématique lorsque les nuages pluvieux se forment (ou disparaissent)très rapidement (parfois moins d’une heure) et à proximité immédiate du lieu de prévision. Le délai de réaction, même avec le radar, devient alors très court pour l’alerte et une bonne estimation des pluies sera inutile si l’usager n’est pas averti à temps. On touche du doigt une des limites du radar liée à la nature intrinsèque des nuages tropicaux dont les développements peuvent être très rapides. C’est la raison pour laquelle une plus grande fréquence des images radar trouve une importance primordiale dans nos zones tropicales car il faut parfois réagir très vite.

La qualification hydrologique radar ne mesure pas directement l’intensité et donc la quantité de pluie mais un paramètre appelé la réflectivité. Néanmoins l’estimation approximative des pluies réalisée actuellement est déjà un énorme progrès par rapport aux images satellites. Déduire de façon précise la pluie est un sujet scientifique ardu surtout pour les pluies tropicales de type convectif, la présence du relief venant encore accentuer la difficulté. On admet que la quantification des pluies est valable dans un rayon maximum de 100 km autour du radar.





© CONSEIL GENERAL Service Techniques et Economiques 2010